Votre cheval et les vers

Bonjour,old-normand

Je me présente, Normand Joly, médecin vétérinaire pour les chevaux.

Cela fait plus de 30 années que j’ai gradué. J’ai consacré les 10 premières années dans les cantons de l’est. Après un intermède de 6 ans comme directeur d’un hôpital vétérinaire à but non lucratif au Maroc, j’ai renoué avec mon premier amour, c’est-à-dire la médecine vétérinaire équine dans la région Laurentides-Lanaudière. Mes intérêts sont multiple soit : la médecine, les boiteries, l’ophtalmologie, la dentisterie pour ne nommer qu’eux. Aussi, j’ai participé à plusieurs projets éducatifs dans différents pays d’Amérique du sud en collaboration avec la W.S.P.A. Aujourd’hui, je consacre tout mon temps à ma clientèle et à ma petite famille quoique je demeure lié à la W.S.P.A. à titre de membre du conseil d’administration. Je vous propose une chronique vétérinaire qui se veut simple et pratique. J’espère qu’elle vous plaira et qu’elle vous sera utile. Bonne lecture!

Pour me rejoindre: (514) 395-4671

Votre cheval et les vers

Il faut savoir au départ que la guerre aux parasites est une bataille perdue d’avance.  L’objectif n’est pas d’éliminer complètement les parasites mais de maintenir la population à un niveau très faible.

Il faut savoir aussi qu’il y a sur le marché une grande variété de marques de commerce mais qu’en réalité il n’existe seulement  que 3 types de molécules pour élaborer un plan de traitement logique et efficace. 

Alors, quel produit administrer?  À quel moment?  À quelle fréquence?  Votre vétérinaire est la personne pour vous conseiller.

Gare aux « Joe connaissant » qui vous conseillent.  Gare aux aubaines.  Acheter un vermifuge à bas prix derrière le comptoir dans une boutique équestre, ou dans un encan pour animaux, ou d’un tel qui revient des Etats-Unis, cela présentent des risques.  Parmi les risques que j’observe régulièrement il y a : l’utilisation répétée du même produit sous différentes appellations ce qui a pour conséquence d’ouvrir la porte aux parasites résistants.

                                           il y a : l’administration au mauvais moment de l’année.

                                           il y a : le sous –dosage du cheval

                                           il y a : l’utilisation d’un produit expiré ou qui a été exposé à des conditions inadéquates, (c’est–à-dire :chaleur ou froid intense). 

Je terminerai en relatant un échange que j’ai eu récemment.  Une jeune propriétaire me demande pourquoi son cheval se gratte la queue puisqu’elle lui a administré un vermifuge il y a 2 semaines.  Le produit qu’elle me présente traite 1250 livres.  La personne qui lui a vendu pour un montant de 18$ lui a dit de donner l’équivalent de 1000 livres.  Le cheval pèse plus ou moins 1100 livres.  Conclusion, le cheval a été sous-dosé.  Je lui présente un produit équivalent (c’est-à-dire même molécule), traitant 1250 livres, légèrement plus cher (20$ plus taxes).  La principale différence entre les 2 produits n’est pas le prix….mais le conseil qui accompagne mon produit et l’assurance qu’elle aura fait un traitement approprié et efficace.

 

                                            A une prochaine chronique!